Newsletter Réalité Augmentée Novembre 2019 – HoloLens 2

Dans notre « Newsletter Réalité Augmentée Novembre 2019 » vous retrouvez l’actualité de la réalité augmentée et de Beam Me Up : ce mois-ci, HoloLens 2 et ses concurrents,  l’utilisation de fichiers de grande taille en réalité augmentée et le tracking du visage…

Humeur – Hum AR – Ce mois ci, HoloLens ou pas !

« La guerre des mondes » aura-t-elle lieu ? HoloLens vs. Apple et consorts.

Microsoft vient d’annoncer la sortie (en précommande) de son casque HoloLens 2. Ce lancement était attendu depuis de nombreux mois, en particulier car le stock de version HoloLens 1 était maintenant quasiment nul.

HoloLens 2
Eclaté d’un HoloLens 2

Le prix de l’HoloLens 2 reste autour des 3/4 000 € (offre Microsoft) mais maintenant avec des offres en location parfois intégrant certains services de réalité augmentée. Pour ces services, le point faible demeure l’hébergement des données et des fichiers sur les serveurs de Microsoft. Ce n’est pas toujours du goût des DSI. Pour autant, dans une approche test and learn, choisir HoloLens 2 avec les applications sur étagère peut constituer une première étape intéressante. Ensuite, on peut pivoter sur des applications de réalité augmentée plus pointues ou un hébergement moins sensible.

L’HoloLens 2 devrait apporter des améliorations notables notamment sur le champ de vision qui double et l’ergonomie générale avec une répartition du poids entre l’avant et l’arrière de la tête. L’autre point très intéressant se situe dans le pivot de la lunette qui permet de retrouver une vision normale sans devoir ôter son casque. L’ergonomie faible de l’HoloLens 1 constituait une réelle limite pour une exploitation régulière, par exemple sur des chaînes de montage.

En revanche, il ne faudra pas espérer pouvoir réutiliser ses applications conçues pour l’HoLolens 1 sur HoloLens 2 sans repasser par la réécriture du code. En effet la gestion de la gesture, des interfaces Homme-Machine étant totalement différente, la portabilité d’une application entraînera une bonne dose de nouveau code. Il faudra voir si cela reste intéressant ou s’il ne vaut mieux pas repartir de 0 et de profiter de l’expérience des 1 ères applications de réalité augmentée pour re-développer tout le code.

Ce qui fait un peu sourire, c’est que dans la foulée de l’annonce du lancement de l’HoloLens 2, plusieurs articles sont sortis sur les casques de réalité augmentée d’Apple. Ils étaient d’abord envisagés pour 2020. Mais, le calendrier commence à glisser sur 2021 voire 2022. Quiconque à géré un projet digital sait qu’un calendrier élastique n’est pas bon signe. En revanche, les bruits sur le nombre d’ingénieurs alloués à ce projet (supérieur à 1 000) et les objectifs B2B et B2C sont en revanche beaucoup plus positifs.

Aussi à la suite de l’annonce de Microsoft, NReal a aussi officialisé la sortie en « pré-commande » de son casque de réalité mixte sous Android avec un champ de vision de 52° comme HoloLens 2 ou MagicLeap mais avec un poids de 82 grammes et un prix public annoncé inférieur à 500 $ (449 $, le prix magique des marketeurs …), NReal pourrait rapidement devenir un concurrent plus que sérieux. Même si aujourd’hui, il manquerait quelques fonctionnalités comme la reconnaissance des formes.

Alors quelles leçons tire-t-on de ces dernières annonces ? La bonne, la réalité augmentée n’est plus un gadget pour quelques geeks en entreprise. L’accroissement de l’offre matérielle et bien entendu les progrès techniques démontrent bien que les industriels sont convaincus du potentiel. Pour vous en convaincre, regardez le témoignage de Naval Group concernant le ROI de son application HoloLens développée avec notre partenaire Oreka, voir la vidéo. Dans la prochaine newsletter nous présenterons une étude de PWC sur le potentiel du marché de la réalité augmentée.

Cependant ces annonces ne vont pas faciliter le choix des décideurs pour lancer leurs projets de réalité mixte : quelle plateforme utilisée (Windows et HoloLens, iOS ou Android), quels montants d’investissements, quelle ergonomie … Cela promet de belles études de besoins.

 

Nouveauté AR

Reconnaissance du visage

Beam Me Up lance une nouvelle application sous Android, pour les retailers et créateurs qui commercialisent des bijoux (colliers, boucles d’oreilles, lunettes). Cette application permet à un consommateur de se voir avec un collier ou des boucles d’oreilles.

Aujourd’hui, le e-commerce peine parfois à transformer ses visiteurs en clients pour ce type de produits où le besoin de « tester » le produit avant d’acheter reste primordial.Réalité augmentée bijoux

Avec la réalité augmentée, il est maintenant possible à un consommateur de se voir avec une parure autour du cou de manière très réaliste. La technologie permet même de bien suivre le mouvement de la tête ou de ne pas afficher les parties du collier qui sont cachées par le corps.

L’application identifie certains points clés du visage (front et nez) et va positionner les bijoux par rapport à ces points de référence. Bien entendu, des fonctionnalités permettront d’affiner le placement des bijoux pour les visages ne correspondant pas aux standards embarqués dans l’application.

Ce type d’application peut aussi bien servir dans un canal de vente à distance avec une brique de paiement intégré à l’App comme en point de vente pour pouvoir proposer de l’extension de gamme. Dans ce dernier cas, on peut aussi proposer une option pour afficher des bracelets ou des bagues. La reconnaissance automatique des doigts ou du poignet nécessite encore un peu de recherche et développement pour fonctionner sans bracelet ou bague « cibles ».

D’autres produits peuvent aussi être mis en avant par cette application, comme le maquillage, des foulards ou chapeaux. Voir la vidéo. Cette application est à la version V1, des évolutions sont en cours pour améliorer l’ergonomie, notamment au niveau du positionnement précis des bijoux. A ce stade, l’application de réalité augmentée reconnait automatiquement le front et le nez pour placer les différents éléments.

 

Focus sur une fonctionnalité de réalité augmentée

Fichiers 3D XXL et clipping longue distance

Réalité augmentée grand format
Maquette BIM de 500 m² au sol

Fichiers de 180 Mo et de 2 millions de polygones (voir un exemple en fin de vidéo), modèles de 500 à 1 500 m² au sol (voir un exemple), recul de 100 mètres  ou plus, animations de 100 000 clés … aujourd’hui la puissance des périphériques et le développement des technologies (AR Core, Vuforia, Unity ….) favorisent l’utilisation de fichiers de plus en plus complexes et riches pour des expériences AR innovantes.

Pour autant, le bon choix de l’architecture de l’application ou du format de fichier 3D reste déterminant pour pouvoir exploiter des fichiers XXL, surtout si vous souhaitez combiner un grand nombre de polygones avec de nombreuses textures (donc un poids conséquent) et une taille importante.

Maquette 3D en réalité augmentée
Animation de 2 millions de poly, 100 000 clés et 180 Mo

Une App sous iOS n’aura pas le même potentiel que sa jumelle sous Android, sans parler bien entendu d’HoloLens. De même, une solution dédiée All in One permettra une exploitation plus performante de fichiers AR, tant au niveau du poids que de la qualité des textures et des rendus, mais pour un coût supérieur à des solutions sur étagères en mode SaaS.

La définition de vos cas clients et des pain points à résoudre constituera le fil conducteur vous permettant d’opter pour la meilleure solution pour pouvoir exploiter des fichiers XXL à leur pleine mesure

 

Cas client

EDF utilise la réalité augmentée lors de l’inauguration de sa centrale de La Coche.

Le 14 octobre dernier, EDF a inauguré sa nouvelle centrale hydroélectrique de La Coche dans la vallée de la Tarentaise et a choisi Beam Me Up pour développer une application de réalité augmentée Android pour accompagner les visiteurs.

Ce projet, de plus de 150 millions d’euros, a permis de relancer l’ancienne centrale hydro-électrique expérimentale des années 70 pour accroître sa capacité de production et surtout permettre une maintenance rapide de pièces fortement érodées par l’abrasivité des eaux de montagne provenant des conduites forcées.

Réalité augmentée événement
Vanne sphériques – 15 tonnes – 10 mètres de long

Lors de l’inauguration du 14 octobre dernier et pendant la semaine portes ouvertes, les responsables du projet souhaitaient rendre visibles aux visiteurs les éléments clés du projet aujourd’hui cachés par des murs et des dalles de béton.

L’artefact principal était le groupe Pelton de 500 tonnes et 15 mètres de haut qui accroît la capacité de production de plus de 20 % (la grande pièce verte de la vidéo.)

Après plus de 1.000 mètres de chute, l’eau arrive avec 90 bars de pression dans la vanne sphérique. En sortie, le jet propulse l’eau à 100 km/h dans la turbine Pelton. Cette turbine présente deux avantages fondamentaux par rapport à ses prédécesseurs. D’abord, elle permet de contrôler la capacité de production, là où les anciennes turbines ne proposent que des statuts on – off. Ensuite, il est possible de changer les éléments en contact avec l’eau abrasive des montages en moins de 2 semaines. Bien entendu, la maintenance de ces éléments, comme la roue visible sur le modèle 3D demande un peu de doigté, les pièces pèsent entre 10 et 15 tonnes.

C’est là que la réalité augmentée rentre en scène. EDF a choisi Beam Me Up pour créer une application dédiée pour cet événement. En plus de la mise en scène de la vanne sphérique et de la turbine Pelton, l’application de réalité augmentée permettait de visualiser deux autres éléments, une culotte de bifurcation et une maquette de la zone.

Pour acheminer l’eau, il a été nécessaire d’installer une dérivation sur la conduite principale. Pour ce faire, un tunnel de 150 mètres a été creusé dans la montagne pour pouvoir placer cette culotte de dérivation sur la conduite. Ainsi, les réservoirs de montagne alimentent aussi bien l’ancien groupe hydro-électrique que le nouveau groupe Pelton.

Groupe Pelton en réalité augmentée
Groupe Pelton de 500 tonnes et 12 mètres de haut

Enfin, la maquette de la zone, permettait, à partir de cartes 3D de présenter l’ensemble du réseau hydrologique avec un focus sur le fonctionnement du nouveau groupe. Voir la vidéo.

Pour créer ces modèles 3D, nous sommes partis soit des fichiers BIM créés par EDF pour la construction des turbines et vannes, soit de fichiers 3D provenant de Google Earth pour reproduire l’environnement.

L’application de réalité augmentée développée pour EDF exploitait des fichiers de plus de 2 millions de polygones et de plus de 150 Mo sans aucun effet de latence. De même, pour pouvoir visualiser des modèles de plus de 15 mètres de haut, le recul a été porté à plus de 50 mètres sans aucune perte de modèle.

Pour apporter un grand confort d’utilisation à des visiteurs peu habitués à la réalité augmentée, Beam Me Up a développé une application associant la reconnaissance de marqueur (pour lancer le modèle 3D et le positionner sans intervention de l’utilisateur) et l’AR Core pour permettre une grande stabilité même avec un fort recul.

 

Comment cela marche

Comment nettoyer un modèle 3D avant de le convertir en forme de réalité augmentée

Dans chaque newsletter nous essayons de vous apporter quelques conseils pour faciliter la vie de vos projets ou la gestion de vos expériences de réalité augmentée. Nous avons présenté dans la newsletter précédente un tuto sur le nettoyage d’un modèle 3D et la suppression des vertices. Aujourd’hui, le tuto explique comment modifier la taille d’un objet provenant de la CAO, voir la vidéo.

 

Brèves de compt’AR

Exploiter la puissance de la réalité augmentée dans les stratégies marketing : lire l’article.

Gefco utilise HoloLens pour la gestion de ses entrepôts  Gefco et HoloLeLens.

Adobe lance sa plateforme de création de contenu de réalité augmentée, voir l’article

 

Contact

Nous joindre : 07 67 30 9449 – formulaire

Leave a Reply