Newsletter Réalité Augmentée Mai 2019

Vous retrouverez chaque mois dans cette « Newsletter Réalité Augmentée », aussi bien les nouveautés de Beam Me Up, que la présentation de cas d’usage ou des réflexions sur la réalité augmentée.

Humeur – Hum AR !

L’innovation gérée comme autrefois

Ce qu’il y a de bien dans l’innovation c’est que, finalement, il n’y a pas grand-chose de nouveau. Je ne parle pas de l’aspect technologique qui, lui, est effectivement très dynamique et novateur. Mais plus de la manière dont l’innovation est abordée par les entreprises qui, là, répond davantage à des poncifs éculés.

Je remets le lien vers l’article de l’Usine Nouvelle dans lequel quelques éditeurs se penchent sur la réalité de la dure vie de la transformation digitale en entreprise. Cela fait 20 ans que je travaille sur des projets de transformation digitale en PME ou grands groupes, dans l’industrie ou les services, et malheureusement on butte toujours sur les mêmes points. Je reprends les 3 éléments principaux de l’article pour les illustrer.

Se concentrer sur les problèmes et non la technologie

L’avantage d’avoir travaillé avec des anglo-saxons sur la création d’offres digitales est qu’ils n’ont qu’un mot à la bouche « solving a pain point ».  La réalité augmentée répond à de nombreux pain points. Bien souvent la réponse technologique peut être assez simple sans réel effet waouh. Identifier dès le départ les pain points, les use cases et les personas cadre l’innovation. Construire avec l’approche MVP (Minimal Viable Product) permet, dès le départ, d’avoir un réel produit, viable et acceptable par le client. En ce moment, j’accompagne un grand groupe sur un projet digital. Celui-ci, avec une bonne vieille méthode en V, avait été chiffré à 60.000 jours/hommes. On a complétement fait pivoter la démarche. Revenir à une méthode lean start up avec un MVP permet d’être rapidement en marché. Et ce, dans un groupe de 100 000 employés …

Penser à un futur déploiement

Là, on touche le point dramatique de l’innovation en France. Penser au déploiement, à la mise en marché, autrement dit, penser au client, qu’il soit interne ou externe, devrait être la ligne directrice du product owner. Penser à la scalabilité, à l’expérience utilisateur, au support, à la formation et à l’accompagnement, autant de mots qui font souvent défaut aux projets innovants … comme aussi la notion de product owner. Ces phases cruciales sont bien souvent totalement ignorées, aussi bien par la R&D concentrée sur la technologie que par les commerciaux focalisés sur les produits déjà matures et rentables.  Et si une innovation, n’intègre pas dès les phases initiales, cette dimension de déploiement, il y a fort à parier qu’elle sera mort-née.

Dans une vie antérieure, j’ai beaucoup travaillé sur la digitalisation du retail. La quasi-totalité des innovations ne prenait pas en compte les contraintes lourdes de paiement, d’encaissement ou de gestion des stocks. J’ai vu des dizaines de concepts, prototypes et autres POC … mais, à ce jour, bien peu vivent faute d’avoir intégré ces contraintes en amont. La mise en marché doit être la véritable obsession des innovateurs.

Les industriels ne peuvent pas être développeurs

Deuxième point dramatique des projets : « on sait faire », « on a un gars qui sait développer des Apps » … Cela me fera toujours penser à un des DSI d’une société de services dans le e-commerce où je travaillais. J’avais une base de plus de 10 millions de mails de consommateurs que je voulais animer. Avec ce type de volume, seulement 2 ou 3 providers sur le marché étaient capables d’apporter une solution efficace et sure. Router de tels volumes sans griller ses adresses, sans se faire passer pour un spammeur et assurer une bonne délivrabilité, c’est un métier, un vrai. Pourtant mon DSI était convaincu de pouvoir y arriver sous prétexte qu’il avait mis en place un routeur de mails fonctionnels. Lui faire entendre raison ne fut pas une mince affaire.

Quand je vois toute la complexité et l’évolutivité de la réalité augmentée pour arriver à faire cohabiter Unity, Vuforia, l’AR Core et l’AR Kit, HoloLens, Android et iOS sans parler des dizaines de petits plugins à droite et à gauche, je me demande comment un responsable en interne, dont ce n’est pas l’activité quotidienne, pourrait s’en sortir seul.

Par ailleurs, dans l’article, il est expliqué que la réalité augmentée n’aura de succès que si les fournisseurs travaillent à sa standardisation. On ne peut être que d’accord avec cette affirmation. Nous nous sommes vite heurtés chez Beam Me Up au nombre extrêmement nombreux de versions de logiciels de CAO. Nous recourons donc à un logiciel de conversion qui gère 750 formats différents.

 

Nouveauté AR

HoloLens connecté à la plateforme Beam Me Up.

La plateforme SaaS de Beam Me Up opère aussi des applications HoloLens. Nous conservons la même logique de mise à jour de contenu. De la même façon que pour l’Application Android, l’application de réalité augmentée pour HoloLens se connecte sur nos serveurs. L’utilisateur sélectionne les fichiers 3D au format FBX parmi ceux disponibles.HoloLens réalité augmentée

Le positionnement des modèles se fait soit avec la gesture propre à HoloLens, soit avec une manette Xbox. Il faut admettre que dans l’environnement HoloLens qui manque cruellement de simplicité, la connexion avec la manette Xbox est simple car native. La manette Xbox, dont on peut paramétrer les différents boutons, apporte une plus grande précision et une réelle simplification de la manipulation des éléments 3D et de l’interfaçage. Voir la vidéo.

Même si aujourd’hui, on constate plus de demandes pour des applications Android, cette application AR pour HoloLens enrichit notre gamme de services. Et comme pour les plateformes iOS et Android, elle exploite les mêmes formats de fichier FBX. Nous réservons cette application à des projets sur-mesure. Bien souvent HoloLens trouve son champ d’application dans l’industrie où les besoins spécifiques requièrent une solution adaptée …

 

Focus sur une fonctionnalité de réalité augmentée

Placement de modèles en hauteur

L’application Beam Me Up Android intègre une nouvelle fonctionnalité qui permet de positionner des modèles 3D et 2D en hauteur.

Placement AR en l'airLes usages nombreux concernent par exemple les utilisateurs responsables d’aménagement d’espace. Ainsi, pour l’office et le home staging afin de positionner des crédences, vitrophanies ou bien des stores et des volets, le placement en hauteur permettra à un client de visualiser dans son bureau, sa cuisine ou sur son mur le futur élément de décoration et d’aménagement. Dans le BTP et la maîtrise d’ouvrage, le placement en hauteur de canalisation ou de gaine se déroulera aisément.

Un autre usage consiste simplement à manipuler une maquette au niveau des yeux pour améliorer l’expérience utilisateur. Par exemple, un architecte qui exploite des fichiers BIM, placera sa maquette 3D à hauteur des yeux pour la visualiser. Il la fera pivoter sous tous les angles ou rentrera à l’intérieur sans avoir à se baisser.

La petite vidéo vous montre la stabilité de 2 formes positionnées en hauteur. Le quadrillage du sol facilite la perception de la stabilité.

Premièrement, nous avions intégré le plugin dédié à cette fonctionnalité de Vuforia. Mais très sincèrement, le résultat était très peu séduisant. Bien souvent, les modèles ne restaient pas en place voire se collaient complètement aux mouvements de l’opérateur. En effet, le placement par AR Core utilise trois composantes hardware du smartphone, la caméra, l’accéléromètre et le gyroscope. Dans le plugin Vuforia, la caméra ne remplissait plus son rôle de positionnement. L’application de réalité augmentée était privée d’un point de stabilisation.

Nous avons donc développé notre propre fonctionnalité pour permettre un placement stable en hauteur en utilisant la caméra. L’effet est certes un peu moins waouh mais plus efficace. On recoupe ainsi notre article « Humeur » pour illustrer qu’il vaut mieux se concentrer sur la résolution des problèmes que l’intégration de technologies pas très fonctionnelles.

 

Cas client

La réalité augmentée, pour accompagner les forces de vente sur un salon

La société TopStar a choisi notre solution Simply AR pour accompagner ses forces de vente sur le salon SADECC.

TopStar est une société italienne spécialisée dans la fabrication de plans de travail de cuisine, en bois ou en pierre. On imagine sans peine que des échantillons de ces produits sont à la fois nombreux et lourds.

Grâce aux applications de réalité augmentée iOS et Android, les équipes ont montré des échantillons  en 3D sur le salon. Pour pouvoir équiper rapidement une équipe d’une dizaine de personnes, TopStar avait privilégié Simply AR. Cette App permet des expériences de réalité augmentée quel que soit le smartphone grâce au déclenchement par marqueur.Réalité augmentée et aide à la vente

Dans un tel cas d’usage, le but est de pouvoir montrer plus d’échantillons que traditionnellement. Ou de les montrer dans des situations où les échantillons physiques ne sont pas accessibles ou disponibles. De plus, l’application offre la possibilité de visualiser non seulement un modèle 3D mais aussi de nombreuses informations comme des fiches produits ou des liens web et vidéo. Voir la vidéo.

L’usage de fichiers 3D FBX dans l’application de réalité augmentée a facilité et accéléré grandement la préparation des éléments nécessaires. En effet, à partir d’un modèle 3D, il suffisait de changer la texture au format JPG. Ainsi, on produit en quelques minutes un plan de travail en chêne, puis un en marbre et un autre en pierre.

Automatiser cette production de modèles 3D directement dans l’application à partir de simples fichiers JPG est totalement envisageable. Cela apporterait une totale autonomie à des services marketing et commerciaux pour la production de leurs catalogues produits

 

Comment cela marche

Comment préparer l’environnement de création d’un modèle 3D de réalité augmentée

newsletter réalité augmentée mai 2019Dans chaque newsletter nous essayerons de vous apporter quelques conseils pour faciliter la vie de vos projets ou la gestion de vos expériences de réalité augmentée. Nous avons présenté dans la newsletter précédente un tuto sur le positionnement dans Blender d’un modèle 3D. Aujourd’hui, le tuto explique comment bien préparer son environnement Blender pour travailler son modèle 3D, voir la vidéo.

 

Brèves AR

Un casque de réalité augmentée concurrent d’HoloLens 2 sous Android Oreo, voilà ce que promet Lenovo avec son ThinkReality A6 de 380 grs. Un casque AR avec la puissance de la communauté de développeurs Android, cela promet une belle bataille avec Microsoft. ……, lire l’article.

L’UE a lancé un programme visant à réduire la consommation d’énergie. Le programme INSITER qui s’appuie sur le BIM veut intégrer pleinement la réalité augmentée dans la construction des bâtiments. Découvrir INSITER et lire l’article.

Enfin, un petit coup de cœur pour une très belle animation en réalité augmentée pour le whisky Jack Daniel’s. L’application reconnait l’étiquette de la bouteille et lance une superbe animation. Voir la vidéo

 

Leave a Reply